11 Dec

Un changement d'ordre 2.

Publié par jphdenis  - Catégories :  #Clap de fin.

 

Juste comme ça, pour se faire plaisir, un nouveau design. 

Parce que ce fauteuil est sympa, et que le symbole me va assez bien. Comme la tasse de café d'ailleurs ; faite de ce café que je prends assez serré et que je consomme déraisonnablement.

Juste comme ça, donc. Parce qu'il faut parfois avoir le courage de passer la tondeuse à gazon. Parce que sinon, ça finit par ne plus ressembler à grand-chose. 

Alors oui, de temps en temps il faut savoir changer de décor. Procéder à un de ces changements d'ordre 2 cher à l'école de Palo Alto. Pour ouvrir de nouveaux apprentissages, vers de nouveaux horizons. 

Et c'est comme ça que j'en suis venu à profiter de ce changement de décor de blog pour faire réapparaître des catégories anciennes, alors que d'autres ont définitivement sombré dans le néant désormais. 

Ainsi des pages qui présentaient les hyperbooks et n'avaient plus rien à faire là. Parce que certaines d'entre elles y étaient depuis juillet ou août, et consultables seulement via ce blog. Tout ça est disponible maintenant partout, sur de multiples supports, de multiples manières. Y avoir accès ne pose plus aucune espèce de difficultés. Ce n'était pas le cas à l'époque. Ca l'est aujourd'hui. 

Les temps changent... comme on dit. Parce que tendez bien l'oreille : les publicités pour Noël, à la radio, à la télévision, dans les journaux montrent que les tablettes ont le vent en poupe... 

 Alors, les lecteurs (un peu) familiers de ce blog me feront l'amitié de surveiller tout ça de très près. Avec, en tête, un billet écrit le 24 juillet. Un des premiers. Juste pour voir si je me suis trompé ou non. Juste pour voir si Apple va s'en sortir de cette histoire de cartable. Tout comme ils épieront l'arrivée des prochains scandales d'ailleurs. Scandales dont je ne leur ferai pas l'injure de répéter, à nouveau, qu'ils sont écrits. Génétiquement écrits.

Et puis, surtout, je l'ai annoncé dans mon dernier billet : j'ai tout de suite senti que le commentaire de Pierre Dubois n'allait pas être sans effet. 

Je n'imaginais pas que cela aboutirait, le soir même, à une transformation d'ordre 2 de ce blog. Mais le pire serait de poursuivre, juste pour poursuivre. Et ce, alors même que le coeur, au fond, n'y est plus. Parce que tout ce qui pouvait être exploité à partir des compétences centrales de ce coeur de métier l'a été. Et que surexploiter ce coeur de compétences serait toujours possible, mais fort dommage : ce serait, à terme, l'échec assuré.

Toute logique stratégique maintenue trop longtemps contient en elle-même les germes de sa propre destruction nous dit Clausewitz. Et en ce domaine, les exemples sont nombreux. C'est donc le renouvellement de ce coeur de métier qui est maintenant en jeu. Sans doute ce fameux nouvel HyperBook, dont l'élaboration a tout juste débuté, en fait-il partie. 

Cet HyperBook n'en sera d'ailleurs peut-être pas un. Parce qu'il sera peut-être un livre au bon vieux format traditionnel. Peut-être. Juste par esprit de contradiction. Ou parce que ça aurait un sens autre, vu de la fenêtre d'un coeur de compétences renouvelé. Bref, on verra bien. 

En attendant, alors, arrivé au terme de l'aventure, ce blog ? Peut-être. Sans doute. Allez, oui en fait, avouons-le, ne nous racontons pas d'histoires. C'est fini.

Et voilà donc comment Houellebecq - qui se trouvera siéger en bonne place dans la seconde partie de ce prochain "opus" - revient une fois encore sur le devant de la scène. Parce que oui, il faut savoir clore une étape. Pour en ouvrir une nouvelle. 

Et en dépit des discussions, pour ne pas dire des disputes, pour ne pas dire des engueulades, que l'on va avoir dans ce bouquin, j'affectionne notre cher Michel. Parce qu'il m'aide à penser, y compris - voire surtout - contre lui. Et que je suis donc ravi que cette aventure de blog m'ait fourni l'occasion d'accompagner sa victoire au Goncourt. Ce que, sans ce blog, j'aurais suivi plus en dilettante, dans d'autres conditions. Et le bouquin en question montrera que cela aurait été dommage. Du moins, je l'espère...      

Et sur ce, donc, je vous laisse.

Avec un grand merci pour vos commentaires, vos marques amicales de soutien ou vos simples visites. Parce que c'est tout ça qui a fait que ce coeur de compétences, qui aurait pu rester à l'état de virtuel, a finalement été exploité depuis l'été. Tellement exploité même qu'il repart avec beaucoup de réalisations, plus qu'il ne le croyait, et de nombreux accomplissements, davantage en tout cas qu'il ne l'espérait. Tellement même qu'il doit maintenant penser à se renouveler, c'est dire. 

Allez, inutile d'en faire des tonnes... Et je termine comme disent si bien maintenant les gamins : "à plus, on s'tient au jus..."

 

Bien à vous tous. 

 

J.-Ph.D.

 

 

 

(P.S. : photo "souvenir" prise autour du 24 juillet...

... de mémoire(s) incertaine(s) d'IPhone)

CIMG2053

 


 

(P.S.2 : en guise de cadeau de départ, d'exit, un objet, une "fractal(e)").

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Edouard 12/12/2010


Merde alors…
Comme on le dit dans les arts.


Archives

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog