Jeudi 30 septembre 2010 4 30 /09 /Sep /2010 19:24

 

Je ne peux pas être soupçonné de ne pas avoir apprécié le premier opus, même si je ne raffole pas en règle générale des films d'O.Stone. J'ai déjà argumenté l'intérêt que j'y vois au plan pédagogique et je m'étais fait la promesse de me rendre dès sa sortie pour tester, avec le même regard, "Wall Street 2". Ex post, je n'ai finalement qu'un conseil : exit. Le film est sans intérêt aucun de ce point de vue.

J'aurais pu le savoir en lisant simplement les critiques. Ainsi, celle de Pierre Murat dans Télérama qui est excellent et tape très juste. Mais depuis que le même Télérama - je ne sais plus si c'était P. Murat qui était en cause - m'avait fait le coup de me donner la chute de "usual suspects" avant d'être allé voir le film (!), gâchant ainsi très fortement mon plaisir, j'ai pris l'habitude d'essayer de ne lire aucune critique préalablement à la vue d'un film qui m'intéresse.

Après en avoir maintenant consulté un bon nombre, elles sont unanimes : le film est donc mauvais, tout simplement. Je le confirme. Alors, sur ce thème du "divertissement" lié à la crise et à la responsabilité de l'industrie financière, mieux vaut sans doute investir, par exemple, dans le roman de F. Vasseur ; ou, pour rester dans le cinéma, se tourner plutôt vers "Cleveland contre Wall Street" (je n'ai pas eu l'occasion de le voir mais le bruit court avec insistance qu'il serait plutôt de bonne facture...).  

 

 


Toutefois, cette sortie de Wall Street 2 n'aura pas été tout à fait sans intérêt. Car O. Stone est omniprésent actuellement dans les médias. Et c'est ainsi que j'ai continué à engranger du matériau de recherche.

Ainsi, dans l'article du Monde magazine qui lui est consacré ("le fils prodigue", 25/09/10, p. 36-37), il déclare : "Quand votre père vous répète que vous êtes une merde, vous finissez par le croire". Puis, interpellé sur le culte qu'il voue aujourd'hui à H. Chavez, il indique : "Mon père me répétait que j'étais un paumé (...). Il m'arrive parfois de faire fausse route". Et l'article de terminer, assassin : "Preuve que si ce dernier parle beaucoup - trop même - il sait encore écouter certaines voix".   

Alors oui, cette sortie de Wall Street 2 n'aura pas été sans intérêt. Parce que tout ceci me confirme que la problématique du nouvel hyperbook sur lequel j'ai décidé de travailler - mais dont n'existe pour l'instant que le titre - a du sens. Il devrait y être question d'incertitude, de confiance, d'identité ; tous ces thèmes étant articulés autour des thèmes de la filiation et de l'héritage. Ceci devrait donc en faire un ouvrage plutôt proche de l'esprit de "WS1" que de "WS2". 

Comme ce projet va m'occuper sans doute plusieurs semaines, voire quelques mois, on excusera par avance si le rythme de publication des billets sur ce blog en est un peu affecté. 

 

 

J.-Ph. Denis

Par jphdenis - Publié dans : Scandales passés, crises futures...
Retour à l'accueil

Commentaires

Aussi déçu par le film vu juste après ma soutenance. Mais je me suis rattrappé avec le documentaire "Moi, la finance et le développement durable". Très intéressant, je vous le conseille. Peut-être sera-t-il objet de vos prochains cours. Par contre, il faut faire vite pour le voir car il n'est joué que dans 5 salles jusqu'à mardi prochain! Ne le manquez pas!
http://www.allocine.fr/seance/film-183165/pres-de/?cgeocode=115755
Commentaire n°1 posté par Oliver D. le 03/10/2010 à 15h25
Je n'ai pas vu "Wall Street 2" d'O. Stone (et pour cause, je n'accroche pas à la façon dont les différents sujets abordés sont traités dans ses films). Je rebondis en revanche sur le commentaire posté par Oliver ; je recommande aussi le film "Moi, la finance et le développement durable" ainsi que "Cleveland contre Wall Street". Documentaire surement plus percutant que "Wall Street 2", produit par la Twentieth Century Fox.
Commentaire n°2 posté par Laura W. le 19/10/2010 à 10h16

Rechercher

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés